Toutes nos trouvailles du net pour comprendre le labyrinthe qu'est la loi!Pour se renseigner, faire respecter ses droits et bien préparer son dossier pour un avocat. On remercie les nombreux sites ou nous auront glanés nospiéces précieuses MERCI a tous
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Contribution de Madame Annie CÉZANNE (psychologue)

Aller en bas 
AuteurMessage
Administratrice:Joëlle
Admin
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 63
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Contribution de Madame Annie CÉZANNE (psychologue)   Mar 22 Jan - 21:05

Contribution de Madame Annie CÉZANNE (psychologue)

La résidence alternée pourrait être la solution de garde la plus équilibrante pour les enfants en cas de séparation des parents. Pour qu'une résidence alternée se passe bien, plusieurs paramètres sont à prendre en compte, ceux concernant les parents (lieux de vie, circonstances du divorce, etc...) mais surtout ceux concernant les enfants et en particulier leur âge.

La résidence alternée peut être une très bonne solution lorsque l'enfant est à l'école primaire à raison d'une semaine chez un parent, une semaine chez l'autre. Plus jeune, voire bébé, il faut envisager un rythme très court de type un jour / un jour et surtout très régulier pour que l'enfant ne souffre pas de l'absence de l'un ou l'autre parent.

Pour les pré-ados, à partir de la sixième, se pose notamment le problème d'avoir à transporter d'un lieu de résidence à l'autre, pour une semaine, un matériel lourd et complexe à organiser. Se pose aussi le problème d'avoir à alterner les habitudes de vie, les groupes d'amis et de subir ainsi une situation qu'ils n'auraient pas choisie.

Le principe qu'il faut avoir en tête, c'est que, très rapidement, il faut associer l'enfant à la définition des modalités de l'alternance. A l'adolescence si le droit de garde se présente comme une obligation, il peut se produire un phénomène de rejet d'un parent : Soit que l'adolescent veuille retrouver un contact avec le parent non gardien, soit que l'adolescent veuille rompre avec le parent non gardien par refus d'être coupé de ses habitudes et de ses amis.

La négociation des modalités d'alternance doit se faire de telle sorte que l'enfant ne soit pas mis en situation de "choix entre les parents" ce qui constitue pour lui une violence extrêmement grave (culpabilité, violence en retour, perte de confiance dans les adultes, etc...)

Libérés autant que possible de toute forme pernicieuse d'aliénation parentale*, les enfants doivent au contraire sentir qu'ils peuvent librement et sereinement aller chez l'un ou l'autre parent. C'est parfois un dur apprentissage pour les parents eux-mêmes.




* aliénation parentale : concept utilisé notamment au Canada pour désigner la façon dont certains parents font porter à leurs enfants leurs propres besoins et désirs. Les enfants sont parlés par un parent aliénant, qui rend fou.

_________________
AUTRES RV pour la détente: http://mamscafe.exprimetoi.net . Soyez les bienvenus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoffreauxlois.sos-forum.net
 
Contribution de Madame Annie CÉZANNE (psychologue)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annie Girardot et la Normandie.
» Madame Canaille
» Monsieur et Madame .....
» Annie Lemoine.
» Des fois c'est frustant la visite de Madame Coucou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le coffre aux lois :: La résidence alternée :: Nos trouvailles du net sur ce sujet!-
Sauter vers: