Toutes nos trouvailles du net pour comprendre le labyrinthe qu'est la loi!Pour se renseigner, faire respecter ses droits et bien préparer son dossier pour un avocat. On remercie les nombreux sites ou nous auront glanés nospiéces précieuses MERCI a tous
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 lettre d'un papa aux élus.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administratrice:Joëlle
Admin
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 63
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: lettre d'un papa aux élus.....   Mar 25 Sep - 19:50

Bonjour à tous

Voici un extrait d'une lettre que j'avais adressé à une candidate de ma région lors des dernières élections législatives.
Je souhaitais connaître sa position sur la RA.
A défaut de réponse la lecture de celle-ci vous permettra de découvrir mon témoignage.


Madame,

Je découvre votre candidature aux élections législatives du 10 et 17 juin 2007.
Je découvre en même temps votre appel "ensemble, construisons l'avenir de nos enfants "

Cela me conduit à vous interroger sur un problème de société qui m'a semblé totalement occulté par les 12 candidats à la présidentielle 2007.

En effet, papa de deux enfants aujourd'hui de 6 ans et 4 ans, deux petits garçons, je ne peux que supporter impuissant la réalité des faits. Celle de l’arrache-cœur des pères face aux enfants confisqués.
Si à ce stade de votre lecture vous pensez "encore un homme qui perd son couple et qui se bat sur le terrain des enfants pour se venger " cessez toute lecture c'est votre droit.

Par contre si vous êtes convaincue qu'il existe des "papas immédiats" comme ceux qui ont vu leurs enfants dans le ventre de la mère et qui ont assisté à leur naissance, donné leurs premiers bains, et les premiers soins… alors cette lettre vous est destinée.


En Novembre 2006 la CA n'a fait que confirmer en dépit des lois (art 373-2-1 du Code Civil) et de la qualité d'un dossier le choix unilatéral d'une mère, celle de mes enfants . C'est mon histoire comme celle de milliers d’autres pères.

Après le départ du domicile conjugal de la mère de mes enfants celle-ci a demandé à ce que leur résidence soit fixée chez elle. Toutefois une pratique de plusieurs mois faisait apparaître que le domicile alterné comme le permet une loi de 2002 était une solution acceptable et compatible avec l’intérêt de nos enfants.

Un second déménagement de leur mère à plus de 90 kilomètres de leur école mettait un terme définitif à tout espoir de faire partager à nos enfants leur éducation de manière responsable et raisonnée autant par leur maman que moi.

Ou se trouve dans ce choix validé et cautionné par l'institution judiciaire le souci de préserver les attaches des enfants avec les leurs deux parents?

Aujourd'hui les mères qui déménagent de manières intempestives sont plus souvent avides de pensions, d’allocations et demandent que ce soit le père qui assume les charges du voyage alors que ce choix de changement de domicile est lui-même générateur de revenus supplémentaires !

C'est le quotidien des plaidoiries qui ne trouve qu’exceptionnellement un écho favorable dans la demande des pères ( deux pour cent des demandes !). Guidées par des directives ministérielles du bon vouloir d'une chancellerie aux idées conservatrices, les juges souvent confrontés à une dure réalité en oublient même l'essentiel à savoir : un père "normal" peut aussi aimer et élever ses enfants.

D'une simple motivation qui de plus rentre en complète opposition avec le corps même de leur décision les juges transforment un père en papa jetable.

Voyer vous-même; Il est écrit dans la décision qui me relaie au rang du papa du dimanche que " bien que présentant les mêmes capacités éducatives et matériels " les enfants compte tenu de leur jeune age (5 ans et demi et 3 ans et demi à l époque) resteront avec leur mère.

Celle-ci obtient donc la garde exclusive transformant un père en géniteur-payeur par un artifice mainte fois validé par les tribunaux qui est celui de déménager et d'inscrire en bafouant l'autorité parentale du père dans une autre école.

Je souhaite que la résidence alternée , sans être une solution systématiquement acceptée par les juges, soit examinée avec intérêt par ceux-ci comme étant une solution acceptable pour les enfants d’un couple séparé.
Je veux que les demandes des pères ne soient pas évincées automatiquement par les tribunaux quand les mères formulent un refus unilatéral.

Une maman est irremplaçable cela ne fait pas pour autant de tous les pères des papas jetables!

Je souhaite donc recueillir votre sentiment, voir votre volonté, sur une possibilité de légiférer afin de sauvegarder l'intérêt des enfants à travers l'application plus large du domicile alterné quand celui-ci est demandé par l'un et refusé par l'autre.

Aujourd'hui je ne conduits plus mes enfants comme avant à leur école. Je les entends pleurer au téléphone.
Aujourd'hui je n'achète plus de vêtements avec eux je fais un chèque chaque mois.
Aujourd'hui je ne joue plus le vendredi soir avec eux dans leur chambre je les regarde dormir dans la voiture…
Mais aujourd'hui je suis encore la pour eux comme le sont toujours mes parents

Puisque "vous voulez croire que la politique du bon sens est possible" souhaitez vous accorder ce même bon sens à mon espoir ? Celui de voir les droits des pères dans la réalité acceptés.

Je vous remercie pour l'intérêt que vous portez à cette lettre et vous présente etc etc ......


PS => pour les lecteurs de ce forum sos-papa : Evidemment jamais de réponse… Vous aurez compris dans mon affaire en première instance le juge à refusé la RA car pour lui : "la discontinuité répétée et longue de la présence maternelle est très angoissante pour l'enfant et que les enfants en bas âge ont besoin d'un continuum affectif, spatial et social que ne permet pas la RA. En l’espèce compte tenu de leur jeune âge les deux enfants ont besoins au quotidien de la présence et des soins maternels".
J'obtiens en plus du DVH traditionnel un autre droit s'exerçant les 2 et 4 milieux de semaine de chaque mois du mardi soir après la classe au jeudi matin à la rentrée des classes.
Je fais appel a cette décision .Durant les 8 mois qui suivent comte tenu des congés et de la pratique mes enfants ont passé autant de temps avec leur papa qu'avec leur maman.
Mais à la rentrée de septembre elle déménage pour scolariser nos enfants a 90 Km sont poste ne sera effectif dans sa nouvelle ville que 4 mois plus tard… Les juges d'appel noteront comme même que cette installation se fait avec un compagnon mais approuvent le déménagement au titre que ce changement n'entraîne pas chez nos enfants de perturbations! Comment pouvaient ils juger un moi après ? Ils ajouteront même que les parents présentent les mêmes qualités et les mêmes garanties pour les élever! Mais dans le contexte vu l âge des enfants la résidence principale est fixée chez la mère.
Pour info ils viennent une nouvelle fois de changer d'école …
Je fais plus de 6 heures de route 1 WE sur 2 pour qu ils puissent être "un peu avec papa" .
Vous qui avez expérimenté la RA quant elle peut se dérouler dans de bonnes conditions vous connaissez les avantages affectifs et le bien que cela crée chez les enfants qui sont plus qu' avant avec leur maman et leur papa .
Pour répondre aux avocates qui se servent comme artifices de plaidoiries que les pères souhaitent prendre leurs enfants en otages pour se venger de leur couple je répond pour ma part mon couple est mort le jour ou mon ex femme m'a répondu" je refuse la RA car le jour que je partirai d’ici il me faudra te refaire un procès …"
Bon courage à tous



_________________
AUTRES RV pour la détente: http://mamscafe.exprimetoi.net . Soyez les bienvenus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecoffreauxlois.sos-forum.net
 
lettre d'un papa aux élus.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le coffre aux lois :: On compte sur vos trouvailles a vous :: Vos livres,sites ou infos média utiles: en Vrac-
Sauter vers: